économie et prévisions financères

Que nous réserve l’économie en 2016 ?

L’international moins porteur en 2016

La consommation des ménages a jusque là été très avantagée par la baisse du prix du pétrole.
Les exportations ont profité de la dépréciation de l’euro. Pourtant la demande est soutenue , mais l’offre n’a pas réussi à décoller .A l’inverse , comme une sorte de substitution l’importation elle à fortement augmenté.
L’économie française , très dépendante de son environnement internationale , sera touchée par le redressement graduel des long taux et de la hausse du prix du pétrole prévue en 2016. En effet cette hausse aura un impact sur le pouvoir d’achat des ménages sans oublier dans son sillage leurs dépenses de consommation (+1,3% attendu en 2016 , contre +1,9% en 2015). Du fait que la croissance soit limitée , le chômage ne reculera pas , il devrait se stabiliser autour des 10% en France métropolitaine pour la moyenne annuelle.

économie et prévisions financères

Moins de freins internes

En dépit de ses contraintes , la croissance devrait être légèrement plus forte en 2016 par rapport à 2015 (1,2% en moyenne annuelle pour 2016 , contre 1,1% en 2015). En effet les freins à la progression se feront moins ressentir.
Un regain d’activité du coté de la construction , en raison de l’orientation plus favorable des permis de construire et des enquêtes menées auprès de promoteurs et chefs d’entreprises du secteur de la construction. L’investissement des ménages favoriserait l’activité en 2016 (contre une ponction de 0,2 point en 2015).
Situation financière des entreprises en voie d’amélioration grâce a la montée en puissance du CICE(crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi), et la première tranche du pacte de responsabilité, qui ont rehausser le taux de marge des entreprises début 2015. En espérant un mieux au niveau de leurs dépenses d’investissement en 2016 , si toutefois aucune secousse ne touche l’environnement mondial si fébrile en ces périodes de crise.